Retour Partager :
Les Français et leur budget pour les vacances d’été : Des habitudes qui s’installent dans la durée

 

Pour cette sixième édition du baromètre « les Français et leur budget pour les vacances d’été », la tendance à une stabilisation des pratiques se confirme : qu’ils partent ou restent chez eux, les Français trouvent les meilleures solutions pour financer leurs envies de détente.

 

Les vacances d’été 2017 : revivre celles de 2016 ou faire l’avènement du staycation ?

 
  • Un peu plus d’un Français sur deux partira en vacances à l’été 2017 (52%, -3 points par rapport à l’an dernier). Quoiqu’ils demeurent toujours plus nombreux à choisir cette option, on constate que le nombre des Français choisissant de rester chez eux (47%, +2 points) est en hausse depuis le début du baromètre. La tendance des staycations, vacances où l’on profite de ce temps pour soi, chez soi, en hausse de 4 points sur 5 ans s’ancre ainsi dans les pratiques des Français.
    • Comme chaque année, les Franciliens profitent davantage de cette période pour s’éloigner de chez eux et de la ville (66%) que les Français habitant dans les autres régions (49%), malgré une baisse des départs (-6 points). Socialement, le fait de quitter son domicile pour les vacances est assez marqué et concerne davantage les cadres (71%) que les personnes issues des catégories populaires (49%). Dans cet écart, les questions de revenus ne sont sans doute pas hors de cause, et les personnes qui gagnent le plus (3500 €/mois ou plus) seront nettement plus nombreuses à partir (72%) que les personnes aux revenus les plus modérés (34% parmi ceux gagnant moins de 1000 €/mois). Avoir des enfants de moins de 18 ans signifie également privilégier une solution de vacances « hors les murs » de son domicile (60% contre 50% pour les personnes qui n’ont pas d’enfant).
 
 
  • Les séjours de deux semaines restent les plus fréquents pour les vacances d’été : 39% de ceux qui partent ont choisi cette durée (stable). Pour 2017, tous les indicateurs sont stables et comme l’an dernier, 33% des personnes interrogées partiront une semaine ou moins contre 67% qui partiront deux semaines ou plus. Les vacances d’été, pour ceux qui partent, correspondent ainsi à une coupure significative et de longue durée avec le quotidien.
    • Plus nombreux que les habitants des autres régions à partir, les Franciliens optent également davantage pour des séjours plus longs : 86% d’entre eux (+7 points) partiront deux semaines ou plus (contre 61% dans les autres régions). Nécessairement, le niveau de revenus influe sur la capacité à étendre son séjour. Les foyers les plus favorisés (85% des foyers aux revenus égaux ou supérieurs à 3500 €/mois) pourront se permettre davantage des séjours de deux semaines ou plus que les personnes aux revenus les plus modérés (64% parmi les personnes qui gagnent moins de 1000 €/mois).
 
 

De bonnes habitudes de réduction des frais, qui permettent aux Français de consacrer plus de budget à leurs vacances

 
  • La somme que les Français consacrent à leurs vacances, qu’ils partent ou non, s’avère extrêmement stable : 9% estiment qu’ils dépenseront plus que les deux dernières années (-1 point), 48% autant que les deux dernières années (-1 point), et 40% qu’ils dépenseront moins (stable).
    • Stable également, la répartition des postes de dépenses qui constituent le budget vacances évolue peu par rapport à l’an dernier, chacun des postes de coût représentant environ un quart du budget : transport (22%), logement (29%), loisirs (20%), nourriture (29%). Comme en 2016 (-2 points depuis 2015), le poids du transport baisse, favorisé par le développement des offres (économie collaborative, offres low cost proposées par les acteurs traditionnels, etc.) que les Français ont su apprivoiser pour consacrer davantage de leur budget à d’autres postes de dépenses. Logement et nourriture, à la fois dépenses nécessaires et dépenses plaisir, restent les domaines où les Français choisissent d’investir particulièrement pour leurs vacances.
 
 
  • Cependant, le budget que les Français ont prévu de consacrer à leurs vacances d’été est plus important que celui de l’an dernier. Après trois ans de quasi-immobilité de 2014 à 2016, le budget 2017 est en augmentation de 38 € et atteint désormais 936 €.
 
  • Evidemment, selon qu’ils aient choisi de partir en vacances ou de rester chez eux, le budget des Français varie largement, de 417 € pour ceux qui préfèrent ou subissent les staycations à 1401 € pour ceux qui partiront. Revenus et appartenance sociale sont toujours, sur ces questions de dépenses, au cœur des enjeux, les foyers gagnant 3500 €/mois ou plus se permettant davantage de largesses dans leur budget vacances (1864 €) que les foyers les plus modestes (452 €).
 
  • Les Français doivent faire de nombreux arbitrages pour leurs vacances. Si avoir moins de moyens reste la première raison pour expliquer un budget en baisse par rapport à l’an dernier (53%, -8 points), tous les Français qui expliquent avoir un budget resserré ne renoncent pas à leurs projets de vacances pour autant : ne pas partir pour réduire ses vacances concerne 30% d’entre eux, un chiffre qui est en recul (-2 points, et surtout -16 points par rapport à 2015). Comme l’an dernier, plutôt que de renoncer, ils choisiront surtout d’agir sur la durée de leurs vacances (28%), sur les loisirs (26%), la destination (25%) ou le logement qu’ils choisiront pour essayer de bénéficier des offres et bonnes affaires (16%). La majorité de ces indicateurs sont en baisse (entre 5 et 2 points) par rapport à l’an dernier, ce qui suggère un nouveau rapport entre les Français et leurs vacances : moins susceptibles de faire des compromis, ils semblent avoir adopté de nouvelles habitudes de consommation, notamment basées sur l’économie collaborative, qui leur permettent de structurellement dépenser moins.
 
  • Pour ceux qui pourront se permettre de dépenser plus, une minorité chez les Français (9%), un certain souffle se fait également sentir. Plus qu’un pouvoir d’achat en hausse (28%), ces Français se seraient autorisés une folie ou auraient concentré leur budget vacances de l’année entière sur l’été pour pouvoir envisager cette année un projet de vacances plus coûteux que les années précédentes. Le logement (43%), la destination (40%) ou encore le transport (39%) s’avèrent les principaux responsables de cette augmentation du budget.

Les Français stabilisent leurs habitudes de vacances à l’heure de l’économie collaborative. La question de l’argent reste un facteur décisif dans la construction de ses vacances d’été, mais elle n’implique plus forcément le renoncement pour ceux qui ont su s’affranchir de l’organisation traditionnelle des vacances. Les Français choisissent de se faire plaisir dans une société aux modèles réinventés par de nouveaux acteurs et de nouvelles représentations des vacances.

le 1 juin 2017