Sablieremoji
Vous avez des projets en attente...

Reprenez là où vous en étiez grâce à l'historique de vos simulations et demandes de crédit.

Besoin d'aide ?

Filtrer par année
    Logo Sofinco
    Acheter une voiture d’occasion : Attention aux arnaques !

    L’achat d’un véhicule est généralement la deuxième dépense la plus importante dans une vie… Autant dire qu’il vaut mieux acheter un véhicule sain et qui ne présente pas de problème, sinon c’est vite la douche froide. D’autant plus que les arnaques peuvent arriver à tous les moments de la transaction : avant, pendant voire même très longtemps après.

    En effet, 50%(1) des ventes de véhicules d’occasion comporteraient des fraudes mineures ou graves. Il peut parfois être compliqué de déceler ces arnaques lorsque l’on n’y connait rien, et l’automobile est un milieu où l’asymétrie d’information est très importante… Dans ce cas, comment faire pour éviter les arnaques et ne pas se retrouver avec un véhicule dangereux ou pouvant entraîner des milliers d’euros de réparation ?

     

    Quelles sont les arnaques les plus courantes sur le marché de l’occasion ? 

    Tout d’abord, il est possible de se faire arnaquer sur le volet administratif. En effet, il n’est pas toujours évident de pouvoir retracer l’historique d’un véhicule sans certains documents ou sans le numéro de série. De fait, il est possible d’acheter une voiture ayant transité par différents pays, voire pire : acheter un véhicule volé et se retrouver ensuite dans un véritable casse-tête administratif. Pour éviter cela, pensez bien à exiger le certificat de situation administrative (CSA, plus communément appelé certificat de non-gage) qui prouve que le véhicule ne fait pas l’objet d’une opposition au transfert de la carte grise. Notez également que ce sont souvent les véhicules les plus courants et discrets qui sont les plus sujets au vol. 


    Une autre arnaque courante est la fraude sur le contrôle technique. En effet, il peut arriver que les vendeurs (professionnels très souvent) s’arrangent avec un centre de contrôle technique « ami » afin de valider le passage d’un véhicule. Cela permet de ne pas déprécier la valeur d’un véhicule et de pouvoir vendre la voiture plus rapidement. Dans cette situation, cela peut amener le client à acheter un véhicule potentiellement dangereux et qui ne passera pas à nouveau le contrôle technique. De plus, il faut noter que Monsieur tout le monde, qui ne possède pas de connaissances particulières en automobile ou en mécanique, aura beaucoup de mal à se rendre compte que le véhicule présente des problèmes empêchant de passer normalement l’examen.

    En outre, le paiement est un moment crucial de la transaction. En effet, nous estimons généralement que les arnaques au paiement représentent près de 50%(2) des arnaques, visant à dépouiller l’acheteur. Ces arnaques sont très élaborées et organisées, il faut redoubler de vigilance concernant le paiement. Elles prennent par exemple la forme de faux chèque de banque, chèque lui-même issu d’un chéquier volé, chèque sans crédit, faux accusé de virement, paiement inférieur à la valeur du véhicule, de faux billets, vols d’informations, etc. Notez bien également de ne jamais verser d’acompte pour un véhicule avant de l’avoir vu !

    Enfin, l’arnaque la plus difficile à déceler et qui est la plus coûteuse et dangereuse est d’acheter un véhicule non conforme à ce qui est annoncé sur l’annonce. Aux yeux du client qui n’est pas un fin connaisseur, et donc qui ne voit pas les défauts maquillés, la voiture semblera être en état correct et valoir son prix. Le client se retrouvera avec des frais de réparations à couvrir peu de temps après l’achat et une voiture dont la valeur est bien en deçà du prix qu’il l’a payée. Dans des cas moins extrêmes, le vendeur va simplement faire du « cache misère » sur une pièce pour éviter d’avoir à réduire son prix de vente. 

     

    Face à tous ces risques, comment ne pas se faire arnaquer lors de l’achat de son véhicule d’occasion ?

    En lisant toutes les potentielles arnaques citées au préalable, on peut penser qu’il faudrait se tourner uniquement vers les véhicules neufs. Or, les prix y sont bien plus élevés et certains modèles peuvent ne plus être produits au moment où l’on souhaite acheter son véhicule. De fait, il est difficile de contourner le marché de l’occasion. Fort heureusement, il existe des solutions. 

    Par exemple, le gouvernement français a mis en place le site histovec.gouv afin de pouvoir retracer l’historique du véhicule que l’on souhaite acquérir. Cependant, cela nécessite quelques informations préalables que seul le vendeur possède, il doit donc être collaboratif. De plus, depuis 2021, HistoVec intègre les informations issues du contrôle technique pour être davantage complet. Attention toutefois, ce service reste limité à un contrôle administratif et ne correspond pas forcément à l’état du véhicule au moment de la transaction.

    Pour une vérification complète, il est plus intéressant de faire appel à une entreprise spécialisée, telle que Trustoo par exemple. Elle vous permet d’éviter les différentes arnaques citées précédemment grâce à son réseau de spécialistes professionnels de l’automobile. Partout en Europe, Trustoo intervient pour une inspection complète du véhicule que vous souhaitez acquérir, sur plus de 200 points de contrôle. 

    Sources : 

    (1) https://histovec.interieur.gouv.fr

    (2) https://insee.fr

    Le 22 juin 2021